Archive pour la catégorie 'archives'

philosophie du maquillage.

Les projets et les rêves sont des masques

Le vrai visage
C’est l’importance qu’on a
Dans le regard de l’autre

Le vrai visage
C’est l’importance de l’autre
En son propre regard

Le vrai regard
C’est la tendresse
En retour réciproque.

Publié dans:archives, pages |on 2 juin, 2006 |Pas de commentaires »

MELANIE MON DOULEUR

“Mélanie o Mélanie / Dépi toué la kit a moin / Po allé vec un comorien / Toué la fait perd’ a moin / Toute men moyen / Nous té qui y’aime / A nous très bien / Le soir po dormi / Nous té mitoyen / Mélanie mi dia toué revien / Ti ça fil un mauvais destin.

Pourtant mon caz, c’est un p’tit caz / Un p’tit caz recouver bardeau / Po mont’ la haut nana devant / Un grand l’allée coco / Tout’ la semaine, comme un p’tit reine / Un p’tit reine té oua toué partout / Quand moin té rent’ le soir toué / Té vien pandi si mon cou.

Mélanie o Mélanie / Shaq’fois mi a toué passé / Toué la vi pli zolie cafrin’ / Entre nous c’est fini oui c’est bien fini / Mi voudrai bien refé l’amour avectoué / Comm’avant nous té tout lé zour / Mais mi croi qué lé bien fini / Mélanie lé a son merci.

C’est de Narmine Ducap, chanté par René Lacaille, dans CD “ MYCOSE CREOLE “

Publié dans:archives, pages |on 28 mai, 2006 |Pas de commentaires »

T’AS FOUTU LE BORDEL …

T’as foutu le bordel dedans ma solitude
D’un sourire désarmant et de propos sérieux.
T’as foutu le bordel dedans mes hébétudes,
Donnant plus qu’espéré et ne promettant rien.
T’as foutu le bordel dans ma pensée errante.

Belle et ronde, lisse et claire, tu ne dis pas
Les mots que je demande, qui ne sont qu’idées d’actes.
Tu agis simplement, et puis tu interroges.
T’as foutu le bordel dans mes incohérences,
T’as tout foutu en l’air dans ma vie renoncée,
J’ai déjà renoncé à ce renoncement.

T’as foutu le bordel dans mon projet trop vague
En demandant de l’art en plus de mon travail.
Tu me fous le bordel en flattant mes “talents”
Qui ne sont qu’intuitions, liberté de penser.
T’as foutu le bordel en remettant en selle
Un bonhomme fatigué vautré en complaisances.
T’as foutu le bordel dans mes nuits solitaires
Et dormir contre toi, c’est quand même être un homme.

Mais j’aime ce foutoir pour y mettre de l’ordre,
Puisque tu reviendras jusqu’à ce bout du monde,
Et que j’irai vers toi en multiples projets.

Peut-être …

Publié dans:archives, pages |on 28 mai, 2006 |1 Commentaire »

confidences à l'inconnu |
salem |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | delireeeeeeeeee
| Ma vie, mon oeuvre
| TEM LAADO