à Dominique, mort le long d’un chemin en conduisant sa jument chez le maréchal-ferrand

A Dominique :

Toi, l’Ami que je n’ai connu qu’à travers l’Idée des chevaux et de ce qu’ils peuvent donner de force et d’amitié, à travers la gourmandise et la forte affection,
Toi, l’Ami parti trop tôt pour que nous puissions partager cette folie,
Toi , l’Ami que j’ai senti plus que connu, qu’il te soit donné la paix et le repos dans les rêves des chevauchées fantastiques, où l’Homme et le cheval ne sont plus que Centaure, l’un proposant sa décision et l’autre offrant sa force et non une soumission si ce n’est que voulue,
Toi qui inspirais le respect aux hommes comme aux bêtes, par ton seul sourire et ta main tendue, par le respect que tu avais de toi-même( c’est mon ressenti, tant notre rencontre fut brève ), je me permets de te dire le regret de t’avoir si peu connu, et en même temps la joie d’avoir rencontré un Ami.
Qu’il te soit donné de reposer en paix, entouré de tous ceux qui ont beaucoup plus de raisons que moi d’avoir “vu” ta droiture et l’amitié dont tu rayonnais.
Vas, Ami, quoi qu’il en soit, tu seras toujours en selle à nos côtés, pour faire les parcours que seuls les animaux connaissent, et les folies que seuls les hommes sont capables d’inventer, et auxquelles nos vrais amis, les chevaux, sont capables de trouver une
solution, pour peu qu’on leur laisse le temps d’apprécier la situation. En cela, je t’ai connu plus cheval qu’homme et c’est en cela que je te rends hommage.
Reposes donc en paix, au nom de Pégase, et de toute Divinité qui portaient le même culte à l’animal-Roi, et à la Nature.
A Toi,
Michel.

Publié dans : ||le 18 mai, 2006 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

confidences à l'inconnu |
salem |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | delireeeeeeeeee
| Ma vie, mon oeuvre
| TEM LAADO