DE LA JALOUSIE

Vieux con d’un antique tsunami,
Je prétends m’y connaître
En ultime connerie.
Et la dernière averse,
Celle d’aujourd’hui,
M’a comblé de bonheur,
Tant elle était extrême !

Normal d’être jaloux,
Si seulement on aime.
Pathologique et fou,
Lorsque l’on se déguise,
Ni faire ni laisser faire,
Devise de l’abruti au front bas
Et sournois…

Je l’aime bien, ce très tendre connard
Qui vient me menacer dans ma douce retraite
Des pires turpitudes, lui qui ne sait quoi faire,
Le soir à la chandelle,
Chaussé de charentaises à crampons
Grâce auxquelles il se croit foutreballeur …
Quant à foutre il n’y songe.

Publié dans : pages |le 11 juin, 2006 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 13 juin, 2006 à 7:07 gabaye écrit:

    Merci pour ton petit mot sur ma messagerie. N’hésites pas à me laisser un commentaire directement sur mon blog, même si ce dernier ne t’inspire pas. En effet je me sent proche « en pensée » de Diogène le cynique et cela ne plaît pas à tout le monde ! Les jeunes prennent tout au premier degré et les vieux (dont je suis) sont un peu rabat joie…alors pas facile de trouver des interlocuteurs, tout au moins sur cet hébergement tout neuf que j’ai eu le privilège d’inaugurer.
    A bientôt.
    A te lire.
    Pascal le gabaye.

Laisser un commentaire

confidences à l'inconnu |
salem |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | delireeeeeeeeee
| Ma vie, mon oeuvre
| TEM LAADO