T’AS FOUTU LE BORDEL …

T’as foutu le bordel dedans ma solitude
D’un sourire désarmant et de propos sérieux.
T’as foutu le bordel dedans mes hébétudes,
Donnant plus qu’espéré et ne promettant rien.
T’as foutu le bordel dans ma pensée errante.

Belle et ronde, lisse et claire, tu ne dis pas
Les mots que je demande, qui ne sont qu’idées d’actes.
Tu agis simplement, et puis tu interroges.
T’as foutu le bordel dans mes incohérences,
T’as tout foutu en l’air dans ma vie renoncée,
J’ai déjà renoncé à ce renoncement.

T’as foutu le bordel dans mon projet trop vague
En demandant de l’art en plus de mon travail.
Tu me fous le bordel en flattant mes “talents”
Qui ne sont qu’intuitions, liberté de penser.
T’as foutu le bordel en remettant en selle
Un bonhomme fatigué vautré en complaisances.
T’as foutu le bordel dans mes nuits solitaires
Et dormir contre toi, c’est quand même être un homme.

Mais j’aime ce foutoir pour y mettre de l’ordre,
Puisque tu reviendras jusqu’à ce bout du monde,
Et que j’irai vers toi en multiples projets.

Peut-être …

Publié dans : archives, pages |le 28 mai, 2006 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 3 août, 2006 à 1:57 achatperche écrit:

    J’aime beaucoup ce que vous écrivez…
    C’est inondé de nostalgie
    Mais de douceur mélée, aussi.
    J’aime beaucoup ce que vous écrivez…

    Et je suis bien certain
    Que vous êtes bien moins
    con
    Que vous ne le laissez supposer!
    (désolé pour le coup, j’ai rien trouvé en « on »!…)

Laisser un commentaire

confidences à l'inconnu |
salem |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | delireeeeeeeeee
| Ma vie, mon oeuvre
| TEM LAADO